loisirs

Menu

Actualités

Page  1 sur 9  > >>

Nov 26, 2017

Winter is Coming ! 

Du Mercredi 29 Novembre au Samedi 09 Décembre 2017 

Nov 23, 2017

Le Noël des Animaux de la SPAD  !


Nov 23, 2017

Black Friday Vendredi 24 et Samedi 25 Novembre 2017 chez Canémotion ! 

Nov 22, 2017

Formation Secours Canins 18 Mars 2018

Actualités !

 

Apr 7, 2017

Semaine Outdoor Dog chez Canémotion du Mardi 18 avril au Samedi 22 avril 2017 ! 

 

Qu’est ce que l’ostéopathie ?

Les médecines « alternatives » comme l'ostéopathie, l'homéopathie, l'acupuncture, la physiothérapie, et la massothérapie n'ont maintenant plus à prouver leur efficacité. L’ostéopathie constitue une solution complémentaire à la médecine d’aujourd’hui mais ne prétend pas se substituer à la médecine allopathique.

L’ostéopathie, même si elle apparaît comme récente, n’est pas nouvelle. C’est au médecin américain Andrew Taylor STILL (1828 - 1917) que l’on doit le développement de cette thérapie ancestrale. Ce médecin a été le premier à comprendre les interactions entre le système musculo-squelettique et les autres systèmes organiques.

Grâce à une connaissance approfondie de l’anatomie, de la physiologie et des interactions entre chaque système du corps, l’ostéopathie permet de restaurer la mobilité des articulations et des tissus. En libérant les blocages et les tensions présents dans les articulations, les muscles, les tissus, l'ostéopathe redonne à chaque partie du corps de l’animal sa mobilité et rétablit la bonne circulation des liquides biologiques. L'ostéopathie traite donc le corps dans son ensemble et l'aide à retrouver l'équilibre de tous ses systèmes et fonctions.

L’ostéopathie ne guérit pas ! … elle élimine le blocage qui empêche le corps de revenir à son état d'équilibre et de santé.

Les grands principes fondamentaux de l’ostéopathie …

L’ostéopathie est une thérapie manuelle fondée par Andrew Taylor STILL, médecin américain né en 1828. En 1892, STILL fonde la première « American School of Osteopathy ». Il y enseigne l’anatomie et la physiologie mais aussi les techniques manuelles basées sur les grands principes mis en exergue par l’ostéopathie.

Ces grands principes, à savoir l’unité du corps, la relation structure-fonction et l’autorégulation, sont primordiaux pour se familiariser avec la méthode de raisonnement de l’ostéopathe.

L’unité du corps 

En ostéopathie, les différentes parties du corps forment un tout, une unité physiologique … c'est-à-dire que toutes les structures et toutes les fonctions sont intimement liées les unes aux autres et sont ainsi interdépendantes. Une perturbation à un endroit du corps va entraîner des perturbations à un autre endroit. L’ostéopathie propose en ce sens une approche globale, holistique ne traitant pas le symptôme mais la cause.

L’interdépendance structure-fonction 

Le corps constitue une unité dans laquelle la structure (c'est-à-dire l’anatomie comme le système musculo-squelettique, les ligaments, les organes) et la fonction (c'est-à-dire la physiologie) sont étroitement liées et indissociables. Ainsi, la fonction dépend du bon état et de la santé de la structure. En libérant la structure, la fonction pourra s’exprimer. Le caractère intact d’une structure est essentiel pour son bon fonctionnement. La structure va déterminer la fonction. De plus, la bonne utilisation et le bon fonctionnement sont primordiaux pour conserver la structure.

L’autorégulation 

Le corps possède la capacité naturelle de conserver le meilleur équilibre possible en s’autorégulant. En traitant les pertes de mobilité de toutes ces structures (articulaires, musculaires, …), l’ostéopathe va parvenir à stimuler les forces d’autorégulation et d’autoguérison du corps … l’ostéopathe va simplement montrer le chemin à suivre pour favoriser le retour à l’équilibre.

STILL disait à ses étudiants :

« Cherchez la lésion, trouvez-là, corrigez-là et la nature fera le reste »

La règle de l’artère 

La vascularisation est primordiale. Il est indispensable que les liquides biologiques (sang, lymphe, liquide céphalo-rachidien) circulent correctement pour nourrir, oxygéner et drainer correctement les tissus. Les articulations, les organes, les cellules auront une bonne fonction si la vascularisation ne subit pas de contraintes. Si l’apport en liquides biologiques est entravé, l’organe va s’affaiblir et la fonction en sera perturbée.

Qu’est ce qu’une dysfonction ostéopathique …

La dysfonction ostéopathique peut se définir comme un manque d’harmonie de la mobilité de tout élément du corps. C’est donc une restriction de mobilité d’une articulation, de tissus dans un ou plusieurs des paramètres physiologiques de mouvement,  dans leur qualité et leur quantité. La dysfonction ostéopathique peut par exemple se traduire par une sensibilité du système musculo-squelettique, une modification dans la circulation locale avec une perturbation des échanges entre le sang et les tissus.

Une dysfonction ostéopathique s’installe par réaction mécanique ou physiologique d’une structure du corps, en réponse à un traumatisme, un effort violent et répété, suite à des processus physiologiques de vieillissement, en réponse à un stress chronique, etc.

On distinguera la lésion au sens médical du terme (où il y a atteinte de l’intégrité de l’organe, de la structure), de la dysfonction ostéopathique (où les structures restent intègres mais il y a dysfonctionnement). La dysfonction ostéopathique est uniquement fonctionnelle. Les lésions organiques ne relèvent pas de l’ostéopathie ! Dès lors, lorsqu’il y a atteinte de l’intégrité des tissus, l’ostéopathie ne peut être qu’une aide et ne pourra pas être la seule réponse à apporter à une affection.

Les techniques ostéopathiques …

Le traitement ostéopathique fait appel à diverses techniques de mobilisation, douces et indolores, qui vont dans le sens du soulagement. Quelque soit la méthode employée (structurelle, fonctionnelle, sensitive), le principe est identique : libérer les blocages, les restrictions et permettre la libre circulation de tous les fluides biologiques indispensables au bon fonctionnement des tissus qu’ils irriguent. En fonction des besoins, l’ostéopathie peut être complétée par le massage ou le stretching.